claude monet

Qui était Claude Monet ?

Chez Mon-Tote-Bag, on adore le mouvement Impressionniste et tout particulièrement Claude Monet, l’un de ses plus célèbre représentant. C’est d’ailleurs pour cela que vous trouverez de nombreux Totes bags à l’effigie de ses oeuvre dans notre catégorie Tote Bag Art.

Ses premières œuvres, jusqu’au milieu des années 1860, sont des peintures réalistes, dont certaines ont été exposées au Salon de Paris. À la fin des années 1860, Claude Monet a commencé à peindre des tableaux impressionnistes. Un exemple des tableaux de cette période créative est « Impression, soleil levant », une vue du port du Havre, qui a donné le nom à tout ce mouvement. Il s’éloigne ainsi du goût de l’époque, influencé par les académies d’art traditionnelles, ce qui aggrave sa situation financière.

Dans les années 1870, Monet participe à certaines des expositions impressionnistes, auxquelles prennent également part des artistes tels que Pierre-Auguste Renoir et Edgar Degas, et il est surtout promu par le marchand d’art Paul Durand-Ruel.

La situation financière de Monet reste tendue jusque dans les années 1890. C’est à cette époque que Monet développe le concept de la série, selon lequel il peint un motif dans différentes ambiances lumineuses. À la même époque, il commence à aménager son célèbre jardin de Giverny, qu’il utilisera par la suite comme motif pour ses tableaux.

Vous avez certainement entendu parler de cet artiste français connu à travers le monde entier néanmoins nous vous proposons d’en apprendre un peu plus sur sa vie et ses oeuvres à travers cette biographie.

claude monet

 

Enfance et adolescence

Claude Monet est né le 14 novembre 1840 au 45 rue Lafitte à Paris. Il était le deuxième fils d’Adolphe Monet et de sa femme Louise Justine Aubrée. Il est baptisé Oscar-Claude Monet en l’église Notre-Dame-de-Lorette, et ses parents l’ont toujours appelé Oscar. Son père tenait un magasin de produits coloniaux. Sa situation économique se détériore vers 1845 au point que la famille déménage au Havre, à l’embouchure de la Seine, où vit la demi-sœur de son père, Marie-Jeanne Lecadre. Son mari, Jacques Lecadre, est grossiste en denrées coloniales et fournisseur de navires, et fournit au père de Monet du travail dans son entreprise commerciale.

La famille de Monet passait les hivers dans leur maison du Havre, et les étés dans la maison de campagne des Lecadres, dans la banlieue nord de Sainte-Adresse. Plus tard, il s’installe avec sa famille dans un village voisin, mais la famille n’y reste pas longtemps, car Adolphe Monet doit déménager pour des raisons professionnelles.

Au Havre, Claude Monet fréquente le lycée municipal entre 1851 et 1857, où il reçoit des cours de dessin de Jacques-François Ochard. Il refuse la discipline scolaire et préfère passer du temps sur les falaises ou au bord de la mer. En classe, Monet réalise des caricatures d’élèves et de professeurs, qui sont exposées dans la vitrine du seul marchand d’encadrement du Havre. À l’âge de 15 ans, Claude Monet est déjà connu dans toute la ville comme caricaturiste. Il reçoit des commandes pour lesquelles il peut obtenir des prix de 20 francs. Elles sont toutes signées O. Monet.

claude monet

Formation

Après la mort de sa mère, le 28 janvier 1857, la tante de Monet, qui était elle-même peintre amateur et avait des contacts avec Armand Gautier, s’occupe du jeune Claude Monet. Après la mort de Jacques Lecadre, le père de Monet a repris son entreprise et a installé sa famille dans sa maison. Cette année-là, Monet réalise sa première toile de paysage et décide de devenir peintre. Son père fait alors une demande de bourse auprès du magistrat du Havre, qui, comme une seconde demande l’année suivante, est rejetée. Monet se rend néanmoins à Paris pour assister à l’exposition du Salon de Paris. Parallèlement, il entre en contact avec des artistes tels que Constant Troyon et Armand Gautier et travaille dans l’atelier du peintre Charles Monginot, qui était un ami de Boudin.

Pendant cette période, Monet reçoit le soutien financier de son père. En outre, Claude Monet disposait de 2000 francs, qu’il gagnait avec ses caricatures et que sa tante administrait pour lui. En 1860, le soutien financier de son père est réduit parce qu’il refuse d’entrer à l’École des Beaux-Arts comme le souhaitaient ses parents. Monet entre à l’Académie suisse, une école de peinture libre, où il se concentre principalement sur l’étude des figures. Monet assiste aux expositions de la colonie d’artistes de Barbizon. Les peintres de l’école de Barbizon ont rejeté les compositions paysagères idéalisantes largement répandues et ont préféré des peintures de paysages dans le style du réalisme. Claude Monet a également séjourné à la Brasserie des Martyrs, qui était un lieu de rencontre pour de nombreux artistes et écrivains modernes.

En avril 1861, Claude Monet reçoit un appel pour un service militaire de sept ans. Il y avait la possibilité de « racheter » son service militaire pour 2500 francs, il n’avait cependant pas assez d’argent pour cela et sa famille ne voulait fournir la somme que si Monet abandonnait la peinture et reprenait le commerce au Havre. Il décide finalement de se lancer dans la peinture et est affecté à la cavalerie en Algérie. Parce qu’il est tombé malade de la fièvre typhoïde, il a été autorisé à retourner au Havre à l’été 1862. Il y a rencontré Johan Barthold Jongkind, qui venait des Pays-Bas. Ensemble, ils travaillent sur des études de paysage. En novembre 1862, sa tante le fait sortir du service militaire pour la somme de 3000 francs afin de lui épargner les six dernières années de service.

Elle lui assigne comme tuteur artistique Auguste Toulmouche, peintre de genre et époux de la cousine de Marie-Jeanne Lecadres. Ce dernier recommande à Monet de rejoindre l’atelier de Charles Gleyre, où sont également inscrits Pierre-Auguste Renoir, Alfred Sisley et Frédéric Bazille. Avec Bazille, Monet se rend à Chailly, près de Barbizon, à Pâques 1863 et y peint des paysages, comme l’année suivante. Il poursuit également ses études avec Gleyre jusqu’à la fermeture de son atelier en juillet 1864.

Pendant l’été, Monet, Bazille, ainsi que Jongkind et Boudin, qui suivront plus tard, peignent sur les côtes de la Manche normande. La famille de Monet menaçant de lui couper les vivres suite à des disputes, il demande de l’argent à Bazille pour la première fois. Pendant ses études, Monet se présentait de manière bourgeoise ; par exemple, malgré sa situation financière difficile, il portait des chemises avec des poignets en dentelle, et était qualifié de dandy par ses camarades de classe.

claude monet

Expositions impressionnistes

En 1873, Claude Monet rencontre Gustave Caillebotte à Argenteuil, avec qui il décide d’organiser des expositions communes. En décembre, la « Société Anonyme Coopérative d’Artistes-Peintres, Sculpteurs, Graveurs, etc. » a été fondée à cet effet. Cette société a également été rejointe par les artistes qui ont été considérés plus tard comme le noyau dur des impressionnistes.

La première exposition collective a eu lieu en 1874 dans le studio du photographe Nadar, boulevard des Capucines à Paris. Basée sur le titre de l’œuvre exposée, Impression – Soleil Levant, que Monet avait peinte avec d’autres tableaux au Havre en 1872. Cette exposition a été appelée de manière péjorative « L’exposition des impressionnistes » par le critique Louis Leroy dans le magazine Le Charivari. Ainsi, le terme « impressionnisme », d’abord utilisé avec dérision par les critiques, puis par les artistes eux-mêmes, a été établi par ce tableau de Monet. L’exposition est restée largement inaperçue et la société a été dissoute à la fin de 1874.

Ce n’est qu’en 1876 qu’a lieu la deuxième exposition impressionniste. Claude Monet a exposé 18 œuvres dans les locaux du marchand d’art Durand-Ruel. Cette année-là, Monet rencontre également Ernest Hoschedé, propriétaire d’un grand magasin, qui lui commande des panneaux pour une pièce de son château Rottembourg à Montgeron. Le deuxième fils de Monet, Michel Monet, est né le 17 mars 1878. Au cours de l’été de cette année-là, la famille a déménagé à Vétheuil. Ils ont été suivis par Alice Hoschedé et ses six enfants après que son mari ait dû déclarer faillite. Le 5 septembre 1879, la première femme de Monet, Camille, meurt à l’âge de 32 ans à la suite d’un avortement raté.

En 1881, Durand-Ruel a acheté d’autres tableaux de Monet et a également soutenu financièrement ses voyages de peinture sur la côte normande en 1882. En décembre 1881, Claude Monet et Alice Hoschedé s’installent à Poissy avec leurs enfants. L’exposition impressionniste de 1882 fut la dernière à laquelle Claude Monet participa, avant que la série d’expositions ne prenne fin quatre ans plus tard avec la huitième exposition. À ce moment-là, il se détourne de plus en plus clairement des autres impressionnistes, qui l’accusent de ne plus soutenir le groupe pour des motifs égoïstes. Monet fait l’effort d’exposer à nouveau au Salon de Paris et l’une de ses peintures est désormais acceptée par le jury.

Giverny

En 1883, Durand-Ruel organise une exposition personnelle des peintures de Monet. Cette exposition a reçu des critiques positives, mais il n’y a pas eu de ventes importantes. Néanmoins, la situation économique de Monet s’est améliorée après la reprise du marché des œuvres impressionnistes au début des années 1880. Claude Monet loue la maison de Giverny, à proximité de laquelle il aménage son célèbre jardin dans les années suivantes, et s’y installe avec ses deux fils, ainsi qu’Alice Hoschedé et ses enfants.

En décembre 1883, il se rend sur la côte méditerranéenne française avec Renoir, et de janvier à avril 1884, Monet peint sur la Riviera. Deux ans plus tard, un autre voyage en Hollande a suivi. À l’automne 1886, Monet peint en Bretagne, où il rencontre son futur biographe Gustave Geffroy. De janvier à avril 1888, Monet peint sur la Côte d’Azur et se rend à nouveau à Londres au cours de l’été de la même année. À son retour en France, il  refuse la Croix de la Légion d’honneur. L’année suivante, Claude Monet a réuni des fonds pour acheter le tableau Olympia à la veuve de son ami Manet et en faire don au Louvre.

claude monet2 - Mon-Tote-Bag.frEn 1890, Monet achète la maison de Giverny, qu’il habite déjà depuis sept ans, en effet sa situation financière s’est améliorée depuis le milieu des années 1880 grâce à des ventes régulières. En faisant l’achat d’autres terrains, Claude Monet a continue à agrandir sa propriété et investi beaucoup d’argent dans la création de son jardin. Il s’est toutefois heurté à la méfiance des agriculteurs locaux, qui craignaient que les plantes exotiques, comme les tubéreuses du Mexique, ne mettent en danger leurs terres et leur bétail.

À la fin des années 1880, un petit groupe de peintres américains est venu à Giverny pour apprendre de Claude Monet. Parmi eux, Theodore Robinson, qui fut l’un des premiers artistes américains à adopter l’impressionnisme dans son art. Monet n’a pas entretenu de contacts étroits avec les « givernistes », car il n’a jamais voulu endosser le rôle de professeur.

Monet a également pris position sur l’affaire Dreyfus. Le 15 janvier 1898, Le Temps publie une pétition, que Monet a également signée, demandant la révision de la condamnation injustifiée d’Alfred Dreyfus. Cette pétition a été soutenue par Émile Zola et de nombreuses personnalités connues dans différents domaines.

Ernest Hoschedé est décédé en 1891. Claude Monet et sa veuve ont légitimé leur relation par un mariage en juillet 1892. La même année, la belle-fille de Monet, Suzanne, épouse le peintre Théodore Butler, qui appartient aux givernistes. Monet s’est rendu en Norvège en 1895 et y a également rendu visite à son beau-fils. À Giverny, Claude Monet a construit un deuxième atelier en 1897, car il avait besoin de plus d’espace pour ses œuvres. À la Biennale de Venise, 20 des œuvres de Monet ont été exposées. Au cours de l’été de la même année, Jean, le fils de Monet, épouse sa demi-sœur, Blanche Hoschedé.

En 1899 et 1900, Claude Monet a effectué plusieurs voyages à Londres. Avec Alice, Monet s’est rendu en voiture à Madrid en 1904, où il a étudié les maîtres espagnols tels que Velázquez et El Greco. À Giverny, pendant ce temps, il travaille principalement sur les peintures de nénuphars, mais n’est pas satisfait. Pour cette raison, il reporte à plusieurs reprises une exposition prévue chez Durand-Ruel en 1906.

claude monet

Dernières années de sa vie

En 1908, les premiers signes de la maladie oculaire de Monet apparaissent. D’octobre à décembre de cette année-là, il entreprend son dernier voyage à Venise avec sa femme. Là-bas, il a non seulement peint, mais aussi étudié les œuvres d’artistes tels que Titien et Paolo Veronese dans les églises et les musées. Le 19 mai 1911, la seconde épouse de Monet, Alice, meurt également. L’année suivante, sa vue s’est encore détériorée et on lui a diagnostiqué une cataracte bilatérale. En 1912, 29 des 37 tableaux de Venise de Monet ont été exposés à la galerie Bernheim-Jeune, où ils ont reçu un accueil très favorable.

Georges Clemenceau et d’autres amis de Monet suggèrent à ce dernier, en 1914, de faire don des tableaux de la série des Nymphéas à l’État français. Mais Monet, qui avait déjà refusé les dons honorifiques de l’État, n’a pas pu être persuadé de faire ce don. Après la mort de son fils Jean Monet, sa veuve a repris la gestion de la maison à Giverny. Monet y a fait construire un troisième atelier, plus grand, en 1915, où il a peint les décorations de nénuphars.

À la fin de la Première Guerre mondiale, lors de l’armistice du 11 novembre 1918, Monet a fait don de huit de ses tableaux de nénuphars à l’État français. En 1921, déprimé par une vue défaillante, il envisage de retirer sa donation. La même année, une grande rétrospective des œuvres de Monet est organisée chez Durand-Ruel. Ce n’est qu’en 1922, sur l’insistance de son ami Clemenceau, que Claude Monet signe un contrat notarié pour la donation, qui devient ainsi juridiquement valable et les tableaux deviennent effectivement la propriété de l’État.

Monet a recouvré la vue grâce à deux opérations en 1923 . Il recommence à peindre sur ses grands décors de nénuphars, mais est handicapé par la dépression. Monet lui-même a détruit plusieurs de ses peintures ces dernières années parce qu’il ne voulait pas que des œuvres inachevées, ainsi que des croquis et des expériences se retrouvent sur le marché de l’art après sa mort, comme ce fut le cas après la mort de Manet. Claude Monet décède à Giverny le 5 décembre 1926.

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[]